MENU

Que fait mon magasin ?

Sur quel thème

Près de chez moi

slogan-mr

Dominique Schelcher, PDG de Système U: «Nous sommes le Petit Poucet résilient»

Repéré le 10 septembre 2019

Le PDG de Système U détaille la stratégie d’un réseau coopératif et plutôt rural qui mise sur ses relations avec les agriculteurs et les PME afin d’accéder au 4e rang national.

Vous avez signé à la foire de Châlons, un accord tripartite avec l’usine du groupe Schreiber et quatre coopératives de l’Aisne, des Ardennes, de la Marne et de la Meuse. Quel est son objectif ?

Tous les yaourts de la marque U livrés dans nos 1 600 magasins de France sont fabriqués à Cléry-le-Petit dans la Meuse. On a signé avec quatre coopératives, soit quasiment 90 éleveurs, pour une durée cinq ans, avec un prix du lait meilleur que le marché car les éleveurs se sont engagés sur un cahier des charges Bleu Blanc Cœur. Il lie bien-être animal et bonne alimentation animale ce qui a une incidence sur la santé humaine.

“Une des grandes erreurs de certains de nos concurrents, c’est de ne pas avoir réinvesti en France ces dernières années”

Le prix minimum est de 35 centimes le litre, plus des primes. Quoi qu’il arrive, on ne descendra jamais en dessous. On se verra régulièrement pour faire le point sur notre collaboration et tenir compte des coûts de production.

Comment préserver ses marges quand on achète la matière première au-dessus du marché ?

On a fait le choix d’un positionnement Bleu Blanc Cœur. Quand la promesse de qualité est forte et identifiée, certains consommateurs sont prêts à en tenir compte. Mais, on rogne un peu sur nos marges pour avoir un produit extrêmement compétitif. C’est un choix stratégique d’enseigne.

C’est à l’image de la politique de système U vis-à-vis de ses fournisseurs agricoles ?

On multiplie les partenariats tripartites dans toute la France pour la fabrication de notre marque distributeur. On a signé l’année dernière avec la coopérative bretonne Triskalia pour le porc et la charcuterie. On l’a fait aussi dans la volaille, le lapin, les œufs, le lait de consommation.

Les ingrédients sont : transparence, prix minimum garanti et évolution en fonction des cours. Surtout nous ne signons pas pour des petits coups mais pour de grandes quantités. Ce ne sont pas des effets d’annonce mais du travail en profondeur. On est bien dans l’esprit de l’esprit de la loi alimentation.

[…]
Lire l'article en entier Source : L'Union Auteur : Julien Bouillé Date source : 9 septembre 2019
WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com