La croissance de Veepee passe désormais par la seconde main

Repéré le 20 juin 2022
XVMd874d77a-ebf9-11ec-8e5d-d344422990d8

Le métier traditionnel du groupe, la revente des invendus neufs des marques, est moins porteur.

Démonter de vieux vêtements ou alors leur ajouter des pièces pour en faire de nouveaux articles: c’est ce qu’on appelle l’upcycling. Veepee, le leader européen de la revente d’invendus de marques, se lance dans ce reconditionnement créatif. L’e-commerçant a créé un atelier dédié de 700 m2 près de Paris, et a confié la direction artistique de ce projet baptisé US (pour Upcycle Solution) à une des pionnières de ce mouvement en France, Maroussia Rebecq. «L’idée est de proposer à partir de septembre 500 à 1 000 pièces, à des prix abordables. On montera en puissance peu à peu, selon l’appétence de nos membres», précise Jacques-Antoine Granjon, le PDG de Veepee.

De fait, l’upcycling est un marché de niche. «Ce sont encore des productions très artisanales, et assez chères car nécessitant de la main-d’œuvre», rappelle Adeline Dargent, responsable RSE à la Fédération française du prêt-à-porter féminin.

 

[…]
Lire l'article en entier Source : Le Figaro Auteur : Cécile Crouzel Date source : 15 juin 2022